106. Le jugement dernier

Mike Parsons
avec  Jeremy Westcott – 

Réconcilier tout

… il a voulu par lui réconcilier tout avec lui-même, tant ce qui est sur la terre que ce qui est dans les cieux, en faisant la paix par lui, par le sang de sa croix. Et vous, qui étiez autrefois étrangers et ennemis par vos pensées et par vos mauvaises œuvres, il vous a maintenant réconciliés par sa mort dans le corps de sa chair, pour vous faire paraître devant lui saints, irrépréhensibles et sans reproche… (Colossiens 1:20-22, LS)

Selon ce qui nous a été enseigné et que la plupart des chrétiens croient, Jésus a réconcilié seulement un certain nombre de chrétiens, sélectionnés afin d’être présentés innocents et sans reproche. Nous avons limité l’étendue de cette réconciliation, en pensant qu’il n’était  pas possible que tout le monde et toutes les choses soient inclus. Bien entendu, chaque groupe chrétien a une opinion différente de qui fait partie des sélectionnés et surtout qui n’en fait pas partie.

En fait, tout le monde et toutes les choses sont inclus. Jésus a tout réconcilié par Lui-même. Si donc Jésus l’a fait, personne n’a plus besoin de le faire. Nous ne pouvons rien faire qui nous rende plus saints, plus innocents et sans aucun reproche parce que Jésus l’a déjà fait pour nous. Il est mort pour nous, a réglé notre problème de séparation d’avec Dieu et nous a réinstaurés dans notre relation avec Lui.

Car Dieu était en Christ, réconciliant le monde (en grec : kosmos) avec lui-même, en n’imputant point aux hommes leurs offenses, et il a mis en nous la parole de la réconciliation. (2 Corinthiens 5:19, LS)

Dieu n’impute pas aux êtres humains leurs offenses, c’est l’étendue de Son pardon. Nous pouvons lire dans Psaume 103 : « Autant l’orient est éloigné de l’occident, Autant il éloigne de nous nos transgressions. » Quoi que vous fassiez, vous ne pourrez pas les trouver puisque Dieu les a éloignées de vous.

Le dictionnaire Vine donne comme définition de kosmos : « La totalité des vies humaines dans l’univers entier, considérées loin de Dieu, Lui étant aliénées et hostiles ainsi que les choses terrestres qui nous séduisent et nous éloignent de Dieu. » Mais kosmos avant tout c’est le monde tant aimé de Dieu dans Jean 3:16 : « Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique… » et aussi dans 2 Corinthiens 5:19 : « Car Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même… ». Kosmos, l’univers entier, a été réconcilié. C’est fait !

Nous avons donc cette déclaration que Jésus nous a tous réconciliés avec Dieu. Mais qu’en avons-nous fait ? Avons-nous déclaré à tous les gens la bonne nouvelle de ce que Dieu a fait pour nous tous ? Ou bien avons-nous témoigné de la mauvaise nouvelle : que nous sommes toujours séparés de Dieu, qu’il faut nous réconcilier avec Lui car Il est en colère ?

Le jugement dernier

Car le salaire du péché, c’est la mort ; mais le don gratuit de Dieu, c’est la vie éternelle en Jésus Christ notre Seigneur. (Romains 6:23)

Jésus est mort pour nous. Il a payé le prix du péché, nous n’avons donc pas à le faire. Il n’y a plus aucun prix à payer. Si donc Dieu ne compte aucune de nos transgressions grâce au pouvoir de la croix, tout jugement à venir va produire la vie et non la mort. Voici comment François du Toit, dans sa version de la Bible « The Mirror », a traduit 2 Corinthiens 5:19 : « La chute de l’humanité a été effacée ». Dans le royaume des cieux, tout comme dans nos tribunaux, nous ne pouvons pas être jugés deux fois pour la même offense. Jésus a été jugé et condamné pour nous, pour la faute de l’humanité. La croix est le jugement dernier. Il n’y a pas de « jour de jugement » à venir. A la croix, en Jésus, nous avons tous été jugés innocents et sans reproche.

Malheureusement, nous avons tendance à juger les gens tout le temps, suivant leurs comportements et selon ce que nous considérons comme étant bien ou mal et cela varie grandement suivant notre culture ou notre éducation. Nous devrions regarder les gens avec le même amour que Jésus a eu pour nous tous en mourant sur la croix : « …  Parce qu’il avait en vue la joie qui lui était réservée (de nous sauver tous), il a enduré la mort sur la croix, en méprisant la honte attachée à un tel supplice… » (Hébreux 12:2)

Heureusement, nombre de chrétiens ne condamnent pas les gens et leurs comportements. Cependant, il nous faut toujours garder à l’esprit de ne pas les exclure de l’amour de Dieu et de notre réconciliation avec Lui, qu’ils soient chrétiens ou pas.

Il lui a plu de révéler en moi son Fils

Dans son témoignage de ce qui lui est arrivé sur la route de Damascus lorsqu’il était encore Saul, Paul déclare :

Mais Dieu m’avait mis à part dès avant ma naissance et, dans sa grâce, il m’a appelé à le connaître. Aussi, dès qu’il lui a plu de révéler en moi son Fils pour que je l’annonce aux non-Juifs… (Galates 1:15-16)

Paul ne déclare pas que Dieu lui a révélé Son fils dans la lumière aveuglante mais « qu’il lui a plu de révéler en moi son Fils ». Dieu œuvrait en lui depuis sa naissance, Jésus était en lui tout ce temps. C’est ce que Dieu lui a révélé. Dieu n’est pas séparé des gens, même d’individus comme Saul qui s’opposait à Lui de manière épouvantable. Il est à l’œuvre dans chaque personne, afin de Se révéler à tous en tant que pur amour et lumière. Il se révèle aussi aux autres au travers de ceux qui L’ont accepté.

Depuis trop longtemps, la bonne nouvelle est du style : «  Il y a un immense fossé entre vous et Dieu. La croix est votre pont et il faut travailler dur pour pouvoir le traverser et vous engager avec Dieu. » La véritable bonne nouvelle est qu’il n’y a pas de fossé. Dieu est à l’œuvre dans chaque être humain dès leur naissance et notre tâche est d’aider les gens à voir cela, pas de leur dire qu’ils sont des pécheurs qui méritent de souffrir les tourments éternels de l’enfer comme punition pour leurs transgressions. Il n’y a pas de séparation.

La plénitude de Dieu était en Christ

L’incarnation n’a jamais séparé Père, Fils et Saint-Esprit, de même la crucifixion ne l’a jamais fait non plus. Nous pouvons lire dans la Bible que toute la plénitude de ce qui est en Dieu habite le corps de Christ (Colossiens 2:9) et que Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même (2 Corinthiens 5:19). Sur la croix, Jésus a souffert l’agonie de l’humanité pécheresse et c’est pourquoi Il a crié la première phrase du psaume 22 : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? » Chaque Juif qui L’a entendu connaissait la fin du psaume, lorsque David crie triomphalement : « Il n’a ni mépris ni dédain pour le pauvre dans l’affliction, il n’a pas détourné son regard loin de lui. Non ! Il a écouté l’appel à l’aide qu’il lui lançait. » (Psaume 22:24).

La résurrection

La restauration de toutes choses est basée sur la victoire de la croix, couvrant tout ce qui pourrait entraver notre réconciliation avec Dieu et la restauration de notre relation avec Lui.

Tout jugement et toute justice sont basés sur la victoire de la croix sur le péché, la mort et la tombe. Toutes les entraves et tous les obstacles légaux ont été vaincus. Jésus détient les clés de la mort et du séjour des morts (Apocalypse 1:18) et Il s’en sert pour déverrouiller les portes pas pour les fermer, contrairement à ce que l’église enseigne depuis trop longtemps. Dieu offre un libre accès à tout le monde. Les portes de la Nouvelle Jérusalem ne sont jamais fermées. Tout le monde est inclus, personne n’est exclu.

pour que, comme le péché a régné par la mort, de même la grâce règne par la justice que Dieu accorde et qui aboutit à la vie éternelle par Jésus-Christ notre Seigneur. (Romains 5:21)

Le pouvoir de la résurrection a vaincu la mort et c’est ce qui permet la restauration de toutes choses. Depuis la croix, c’est la grâce qui règne.

Tous revivront en Christ

Car, puisque la mort est venue par un homme, c’est aussi par un homme qu’est venue la résurrection des morts. Et comme tous meurent en Adam, de même aussi tous revivront en Christ… (1 Corinthiens 15:21-22, LS)

Notez bien les deux « tous » de la dernière phrase. Il semble que personne n’ait de problème à comprendre ce que couvre le premier. En revanche, les problèmes commencent avec le second. Si les deux « tous » sont identiques (et ils le sont), la théologie qui a été enseignée jusqu’à présent va à l’encontre de ce verset. Elle met des conditions à « tous revivront en Christ » et pas à « tous meurent en Adam ». Selon elle, seuls ceux qui sont en Christ revivront. Et bien entendu, chaque dénomination a sa propre définition de ce que « être en Christ » signifie.

Les deux “tous” sont identiques, vous pouvez vérifier dans les textes originaux. Christ a été le dernier Adam et la race adamique s’est éteinte avec Lui. A partir de la croix, plus personne n’est descendu d’Adam mais tous de Christ. Donc à partir de la croix, tout le monde est « en Christ ». Nombre de gens ne le savent pas et la bonne nouvelle qui a été prêchée, jusqu’à présent, leur a constamment déclaré le contraire. Paul déclare que « en Christ » nous revivrons tous.

Le dard de la mort, c’est le péché et le péché tire sa force de la Loi. Mais loué soit Dieu qui nous donne la victoire par notre Seigneur Jésus-Christ. (1 Corinthiens 15:56)

Car la loi de l’Esprit qui nous donne la vie dans l’union avec Jésus-Christ t’a libéré de la loi du péché et de la mort. (Romains 8:2)

Ce sont des versets que nous connaissons bien mais nous les lisons comme s’ils ne s’appliquaient qu’aux chrétiens, ceux que nous considérons « en Christ ».  Mais qui est sous la loi depuis la croix ? Personne ! Même pas les Juifs qui étaient LES SEULS à l’être au départ.

Chaque être humain a en lui la victoire sur la mort et le péché au travers du pouvoir de la croix. Mais il faut le savoir !

… C’est lui qui nous a sauvés et nous a appelés à mener une vie sainte. Et s’il l’a fait, ce n’est pas à cause de ce que nous avons fait, mais bien parce qu’il en avait librement décidé ainsi, à cause de sa grâce. Cette grâce, il nous l’a donnée de toute éternité en Jésus-Christ. Et maintenant elle a été révélée par la venue de notre Sauveur Jésus-Christ. Il a brisé la puissance de la mort et, par l’Evangile, a fait resplendir la lumière de la vie et de l’immortalité. (2 Timothée 1:9-10)

La mort a été abolie, elle n’a plus de pouvoir sur nous. Ceci a été décidé depuis “toujours” mais a été révélé par les Evangiles.

Et ce n’est que le commencement

Dieu ne retient rien contre nous qui ait trait au péché. Il est en train de restaurer toutes les choses, tout d’abord selon leur condition originelle puis selon Son intention originelle. Dieu désire que toutes les choses grandissent et murissent à partir de leur condition originelle pour atteindre leur plein potentiel : Son intention originelle. Notre condition originelle n’est que le commencement de ce que Dieu a prévu ! N’est-ce pas extraordinaire ?

Articles récents

105. Réalignement
104. Revêtus de la gloire de Dieu
103. La gloire des enfants de Dieu
102. Des êtres immortels et sans limites
101. La restauration de toutes choses
100. Des temps de rafraîchissement
99. Restaurés dans la plénitude de notre relation filiale

Les médias sociaux
Article original en anglais

101. La restauration de toutes choses

Mike Parsons
avec Jeremy Westcott – 

… il envoie celui qui vous a été destiné, Jésus Christ, que le ciel doit recevoir jusqu’aux temps du rétablissement de toutes choses, dont Dieu a parlé anciennement par la bouche de ses saints prophètes. (Actes 3:20-21, LS)

Nous allons voir aujourd’hui certaines questions que l’on peut se poser à la lecture de cette déclaration de Pierre. Comme d’habitude, je ne vous demande pas de me croire sur parole mais de poser ces questions à Dieu, en ouvrant en grand votre cœur et votre esprit, afin d’entendre Ses réponses.

Avant, pendant ou après ?

Jésus doit-Il revenir avant, pendant ou après les temps de restauration de toutes choses?

J’aurais tendance à répondre : les trois. Il est déjà venu, Il revient continuellement comme Il l’a promis (Car là où deux ou trois sont ensemble en mon nom, je suis présent au milieu d’eux. Matthieu 18:20) et Il va revenir.

Les attentes chrétiennes sont généralement concentrées sur l’avenir où tout devrait changer à un moment particulier souvent appelé « La seconde venue de Jésus ». Nous attendons Son retour et lorsque cela va arriver, tout sera restauré suivant la volonté de Dieu. Le problème, c’est que la Bible ne mentionne pas un moment particulier mais des temps ou une période.

Quand la période de restauration va-t-elle arriver ?

J’ai entendu suggérer que nous sommes dans une période spéciale en ce moment, durant laquelle il est possible que toutes choses soient restaurées et que cela n’était pas possible avant. Cependant, il y a eu un événement dans l’histoire humaine qui a rendu toutes les choses possibles : la croix avec la mort, la résurrection et l’ascension de Jésus. Il a repris tout ce qu’Adam avait perdu et nous l’a restauré. Notre problème est que nous avons été très lents et très longs à comprendre toute l’ampleur de l’œuvre qu’Il a accompli et ses implications.

L’église des premiers temps a bien œuvré en propageant ce message dans le monde entier connu à  l’époque. Malheureusement, il a été détourné et déformé par la religion. Durant l’âge des ténèbres, la grande majorité de la vérité a été oubliée puis perdue. Pour la plupart des chrétiens, tout est devenu une question d’observance ou de devoir religieux, au lieu de la relation intime que Dieu avait prévue depuis toujours. Dieu a restauré cela à la croix. Nous pouvons maintenant recevoir cette vérité et poursuivre le processus de restauration qui n’a, en fait, jamais cessé.

Revenir à quelle époque ?

La restauration de toutes choses devrait nous ramener à quelle époque ?

Certains répondent : « A celle de l’église du Nouveau Testament. Nous devons revenir à l’époque où de nouveaux chrétiens venaient s’ajouter chaque jour à la première église. (Actes 2:47) » D’autres pensent que nous devrions revenir bien plus loin, à l’époque où Adam et Eve vivaient dans le jardin d’Eden. Une époque où ils avaient cette merveilleuse relation intime avec Dieu et parcouraient le jardin durant la brise du soir (Genèse 3:8). Personnellement, je pense que Dieu désire nous ramener encore plus loin : à l’origine même de Son plan et but de création.

Attention, ce n’est pas la fin mais seulement le commencement de cette restauration. Essayez de réfléchir à tout ce qui serait possible si nous coopérions maintenant avec Dieu, en tant que Ses fils. C’est au-delà de notre compréhension car la Bible nous dit bien que nous ne pouvons même pas imaginer ce que Dieu a prévu (1 Corinthiens 2:9). Tout ce que nous pouvons imaginer est restreint, limité et filtré par les idées religieuses qui nous ont été inculquées et ce que nous pouvons voir. En revanche, lorsque nous nous engageons dans le cœur de Dieu et faisons table rase de ces idées, alors notre compréhension n’a plus de limites. Nous sommes supposés avoir la pensée ou l’intelligence de Jésus (1 Corinthiens 2:16) qui contient de toute évidence toutes les intentions originelles de Dieu. Lorsque nous commençons à avoir cette intelligence restaurée, nous avons le potentiel d’aller au-delà des limites et restrictions qui existent dans notre manière de penser.

Qu’est-ce que la restauration ?

Larousse donne comme définition de réparer quelque chose pour le remettre dans son état initial. Lorsque nous lisons « état initial » nous pensons à Dieu le Créateur mais en fait, Il a donné la création à l’humanité (Genèse 1:26).

En fait, la définition même de ce mot nous limite. Son sens biblique est « Recevoir plus que ce qui a été perdu, au point que le stade final est meilleur que l’état originel. » C’est à dire une amélioration au-delà de ce qui existait. Cela vient de deux mots hébreux et un grec :

Le mot hébreux chadash signifie renouveler, réparer, restaurer.
L’autre mot hébreux est arukah : restauration, rétablissement, réparation, guérison, santé, perfection.
Le mot grec est apokatastasis qui a deux racines : apo (venant de) et katastasis (ordre premier ou originel).
Apokatastasis : restitution, ré-établissement, reconstitution, correctement, la restauration finale de toutes choses en leur état d’origine, revenir à l’ultime idéal. Au sens figuré : restauration de la pleine liberté (liberté originelle), jouir de quelque chose de nouveau (c’est-à-dire retrouver quelque chose qui avait été retiré/dérobé).

La restauration implique réconciliation, renouvellement, réparation, reconstruction, restitution, résurrection, relation, révélation et même repos. Nous avons tous besoin d’une transformation cosmique de proportion éternelle :

  • La restauration de l’identité que Dieu avait prévue pour nous en tant que Ses fils et la révélation qui découle d’une relation intime.
  • Reconnaître que nous avons été réconciliés avec Dieu, avec les autres et avec la création entière.
  • Retrouver notre position originelle au niveau de notre relation et notre autorité.
  • La réparation de tout ce qui a été cassé, endommagé ou fragmenté.
  • La restitution de tout ce qui nous a été volés ou perdus.
  • Le renouvellement de notre rouleau de destinée et de notre manière de penser pour revenir à la pensée de Jésus-Christ.
  • La résurrection de notre vie par rapport à tous les effets de la mort.
  • Le repos dans l’intimité de l’amour, de la joie et de la paix.

Que veut dire “toutes choses” ?

« Tout » est un superlatif. Il n’y a rien au-dessus. Il vient du mot grec « pas » signifiant entier, tout type, chaque, tout. L’accent est mis sur une image totale, composée d’éléments, ajoutés un à la fois, un tout composé de parties individuelles.

C’est un peu l’idée d’un puzzle. Vous ne le réalisez pas d’un seul coup, vous le composez pièce par pièce et en  mettant chaque pièce à la bonne position. En règle générale, il faut regarder l’image sur la boîte. Si nous sommes impliqués dans la restauration de toutes choses, il faut que nous puissions voir « l’image sur la boîte » : le but originel de Dieu. Alors, nous réaliserons que Dieu travaille sur cette restauration depuis toujours, nous faisant passer de la position où nous sommes et de l’identité que nous avons de nous-mêmes, à la position et l’identité qui étaient les nôtres à l’origine.

En tant qu’êtres humains, nous ne formons qu’une partie de cette image. Si Dieu restaure TOUT selon Son intention originelle, quelles sont les autres choses qu’Il va restaurer ?  Nous savons que « la création attend, avec un ardent désir, la révélation des fils de Dieu. (Romains 8:19) » Cela couvre-t-il seulement le domaine physique ? Existe-t-il des choses ou des créatures dans les domaines célestes qui ne sont pas comme Dieu l’avait originellement prévu ? Doivent-elles être restaurées et si oui, cela nous pose-t-il un problème ?

La traduction de la Bible du Semeur parle de la restauration de l’univers entier :

Maintenant donc, changez et tournez-vous vers Dieu pour qu’il efface vos péchés. Alors le Seigneur vous accordera des temps de repos et il vous enverra celui qu’il vous a destiné comme Messie : Jésus. En attendant, il doit demeurer au ciel jusqu’au jour où l’univers entier sera restauré, comme Dieu l’a annoncé depuis des siècles par la bouche de ses saints prophètes. (Actes 3:19-21)

Si le concept de la restauration de toutes choses ou de l’univers ne nous fait pas carburer les méninges, je me demande si nous en avons bien compris le sens !

Articles récents (en français)
Les médias sociaux
Article original en anglais

 

82. Qu’est-ce qu’une montagne?

Mike Parsons
avec Jeremy Westcott – 

Nous avons déjà mentionné les montagnes et les trônes dans les lieux célestes. J’aimerais vous donner quelques versets sur les montagnes, ce qu’elles représentent et comment s’en servir, ici, dans le royaume de la terre.

Relisons ce passage sur la chute de Lucifer ou Satan, comme on l’appelle maintenant :

Je t’avais nommé comme le Chérubin protecteur oint. Tu avais accès à la montagne sainte de Dieu. Tu te promenais au milieu de ces pierres aux feux étincelants. Tu étais parfait dans toute ta conduite depuis le jour où tu as été créé, jusqu’à ce que le mal soit trouvé en toi. Ton commerce prospère t’a entraîné à la violence qui a rempli ton cœur et tu as péché. Je t’ai chassé de ma montagne comme un quelconque pécheur. Je t’ai détruit, toi le Chérubin protecteur et je t’ai expulsé du milieu de ces pierres aux feux étincelants. (Ézéchiel 28:14-16, New American Standard Bible)

Ce verset nous permet de comprendre que « la montagne sainte de Dieu » est exactement cela : une montagne dans les lieux célestes. Il s’agit d’une montagne d’autorité où Dieu a Son trône et règne. Satan avait accès à tout cela avant de chuter et il se promenait au milieu des pierres aux feux étincelants. Nous pouvons tous nous promener sur ces pierres : c’est un lieu de révélation.

Dieu sur la montagne

Lorsque Dieu a commencé à apparaitre aux êtres humains, c’était en haut d’une montagne :

La gloire de l’Eternel apparaissait aux Israélites comme un feu au sommet de la montagne. (Exode 24:17)

 Oui, l’Eternel est grand ! Il est bien digne de louanges dans la cité de notre Dieu, sur sa montagne sainte. (Psaume 48:2)

 La cité et la montagne de Dieu sont des termes synonymes, ils font tous deux référence au même endroit. Dans la Bible, nous trouvons un grand nombre de termes pour décrire comment Dieu règne et où est Son trône : un temple, une cité, une montagne, etc… mais tous ces termes font référence à un seul endroit. Lorsque nous parlons de gouverner sur des cités, nous utilisons le même genre de langage.

Sion, la montagne sainte

«Moi, j’ai établi mon Roi par l’onction sur Sion, ma montagne sainte.» (Psaume 2:6)

La céleste Sion est la montagne sainte de Dieu, là où Il règne. Dans ce passage, Dieu déclare que David et son descendant, Jésus, seront rois sur Sa montagne sainte.  De toute évidence, cette montagne est dans les lieux célestes mais elle existe aussi sur terre :

La montagne sur laquelle est le temple de l’Éternel sera fermement établie au-dessus des montagnes (voir ci-dessous), cela fait référence à l’église.

Donc dans Hébreux 12:22 où nous pouvons lire : « … vous, au contraire, vous vous êtes approchés de la montagne de Sion, de la cité du Dieu vivant, de la Jérusalem céleste et de milliers d’anges en fête. », la Jérusalem céleste est une montagne. Nous étudierons la structure de la Jérusalem céleste dans un futur blogue mais je peux déjà vous dire que ce n’est pas du tout ce que la plupart des gens pensent.

La montagne sur laquelle est le temple de l’Eternel

Dans l’avenir, il adviendra que le mont sur lequel est le temple de l’Eternel sera fermement établi au-dessus des montagnes et il s’élèvera par-dessus toutes les hauteurs et tous les peuples étrangers y afflueront. (Ésaïe 2:2)

Il s’agit de l’application sur terre de ce qui existe dans les cieux. Les hauteurs sont des symboles d’autorité moins importants qu’une montagne mais certainement pas négligeables. Donc, les plus hautes autorités, naturelles ou surnaturelles mais de nature maléfique, auront une autorité moindre que celle de l’église. C’est ce qui va se passer dans les derniers jours, lorsque Dieu va nous élever et que nous allons utiliser l’autorité qu’Il nous délègue, de la manière qu’Il a prévue. Dieu va nous élever une fois que nous aurons appris à nous servir de notre autorité dans les cieux car c’est le seul endroit d’où vient l’autorité pour régner. Cette autorité ne vient pas d’une quelconque forme de gouvernement terrestre ou naturel.

Jésus parle des chefs politiques et des grands personnages sur terre comme d’individus dominant sur leurs peuples et faisant peser leur autorité sur eux (Marc 10:42). Il poursuit en déclarant que ce n’est pas ainsi dans son royaume, qu’Il n’est pas venu pour se faire servir, mais pour servir. Donc toute forme de gouvernement dans le royaume de Dieu est basé sur servir, pas sur une quelconque forme de dictature : les derniers seront les premiers et les premiers seront les derniers.

Cela met complètement à l’envers tout le système mondial où les gens aspirent à être les plus haut placés pour pouvoir faire ce qu’ils veulent et mettre les autres à leur service. Et, malheureusement, c’est le modèle qu’offrent nombre de leaders dans l’église. Permettez-moi de vous poser une question : connaissez-vous beaucoup d’églises qui offrent le modèle du royaume des cieux ?

Dans le royaume de Dieu, l’autorité est ce qui permet d’élever les autres. Nous gouvernons dans les cieux sur une montagne ou un trône mais la nature même de ce gouvernement auquel nous sommes appelés est d’aider les gens à prendre à leur tour leur place d’autorité et de pouvoir, pas d’en faire nos serviteurs.

Dans la maison de mon Père, il y a beaucoup de demeures

Jésus a déclaré :

Dans la maison de mon Père, il y a beaucoup de demeures ; si ce n’était pas vrai, je vous l’aurais dit : en effet je vais vous préparer une place. (Jean 14:2)

Cela fait référence à nous, le peuple de Dieu, sur terre : nous sommes les nombreuses demeures du Père que Jésus a préparées. Cela fait aussi référence aux nombreuses pièces dans la montagne de Dieu, Sa Demeure dans les cieux.  J’en ai visitées beaucoup mais il y en a encore plus que je ne connais pas.

Il y a la salle de la guerre,  la salle des manteaux, la salle du trésor, la salle des livres, etc… et dans ces salles, nous pouvons obtenir des révélations spécifiques dont nous allons avoir besoin pour remplir notre appel et notre but sur terre. Nous avons accès à toutes ces salles.

Une très haute montagne

Lorsqu’il essaya de tenter Jésus,  Le diable l’emmena encore sur une très haute montagne. Là, il lui montra tous les royaumes du monde et leur magnificence. (Matthieu 4:8)

Sur quelle montagne pensez-vous que Satan L’a emmené ? Sur l’Everest ?

Non, il L’a emmené aux cieux. On ne parle pas ici d’une montagne naturelle car on ne peut pas voir tous les royaumes du monde à partir de la plus haute montagne sur terre.  Satan lui a montré non seulement tous les royaumes sur terre mais aussi les niveaux d’autorité dans différents domaines et royaumes dans les lieux célestes, là où Satan avait autorité de par le péché.

Il offrait une option facile et rapide à Jésus pour gouverner tous les domaines et royaumes qu’Il allait obtenir par Sa victoire sur la croix mais sans la souffrance et la mort.  Heureusement, Jésus n’a pas succombé à la tentation comme Adam et Eve. En fait, Satan leur avait offert la même option : « Faites tout selon votre volonté et non celle de Dieu. Vous pouvez tout faire sans Dieu ».

Satan a donc emmené Jésus dans les lieux célestes et Lui a tout montré. En tant que Fils de Dieu, Il avait déjà tout vu mais Satan l’a emmené là en tant qu’homme. C’est là un passage-clé car cela veut dire que nous pouvons y aller aussi. Nous tous, hommes et femmes, nous pouvons aller dans le royaume spirituel, faire l’expérience de la réalité de l’autorité spirituelle et commencer à y occuper nos trônes et montagnes.

Jésus se retirait dans la montagne

Lors de Son ministère sur terre, Jésus se rendait souvent sur les montagnes.

Mais Jésus, sachant qu’ils allaient l’enlever de force pour le proclamer roi, se retira de nouveau, tout seul, dans la montagne. (Jean 6:15)

Cette fois-ci, c’était probablement une montagne naturelle mais je ne pense pas qu’Il soit resté très longtemps dans le domaine physique de la terre. Chaque fois qu’Il prenait une décision importante, Jésus se rendait sur une montagne. Il se rendait dans les lieux célestes pour obtenir la révélation dont Il avait besoin et la ramener sur terre pour l’appliquer.

Quand tout le monde se fut dispersé, il gravit une colline pour prier à l’écart. A la tombée de la nuit, il était là, tout seul. (Matthieu 14:23)

On trouve la même chose ici. Jésus prie, non pas un Dieu lointain mais un Dieu tout proche car Il vient en Sa présence. Jésus vivait dans les deux royaumes des cieux et de la terre : c’est comme ça qu’à chaque fois,  Il pouvait voir ce que Son Père faisait (Jean 5:19).

Jésus partit de cette région et retourna au bord du lac de Galilée. Il monta sur une colline où il s’assit (Matthieu 15:29).

On peut penser qu’en s’asseyant, Il cherchait à se reposer. Je pense qu’Il s’asseyait sur un siège d’autorité dans les lieux célestes. C’est là qu’il faut que nous suivions la pensée hébraïque et non pas grecque. Il faut que nous réfléchissions à la fonction et non pas à la forme, malheureusement cela est vraiment étranger à la manière de penser occidentale. La fonction d’une montagne est l’autorité et celle d’un trône est le gouvernement.  Tous les versets que nous venons de voir sur les montagnes nous montrent à quoi elles servent et ce qu’elles représentent.

Maintenant, lorsque vous rencontrerez le mot montagne dans la Bible, vous pourrez adopter un autre concept qu’un amas géant de rochers à escalader !

Un dernier exemple : Jésus a emmené Pierre, Jacques et Jean sur une haute montagne et a été transfiguré sous leurs yeux (Matthieu 17:1-9). Qu’elle était cette haute montagne ? Moïse et Elie étaient là donc ce n’était pas sur terre ! Jésus leur a ensuite demandé de n’en parler à personne jusqu’à ce qu’Il soit ressuscité.

Ils ont accédé aux lieux célestes ce jour-là. Et en temps voulu, ils ont pu enseigner à d’autres comment faire la même chose.

Articles récents (en français)
Les médias sociaux
Article original en anglais