64. Iniquité, transgression et péché

Vendue comme esclave

La race humaine a été échangée ou  vendue comme esclave par Adam et Eve. Ceci a été le début d’un esclavage au péché, accompagné du sentiment de séparation d’avec Dieu et cela a formé un modèle : Joseph et Israël ont été vendus comme esclaves à l’Egypte, Israël et Juda ont été vendus comme esclaves à Babylone. Tout cela par ce que les gens se sont détournés de Dieu et ont choisi de vivre selon leurs propres décisions. David l’a exprimé ainsi :

Voici, je suis né dans l’iniquité et ma mère m’a conçu dans le péché (Psaume 51:5, Louis Segond).

La bonne nouvelle est que Jésus, le deuxième Adam, a apporté rédemption et réconciliation pour tous les êtres humains par Son sang. Plus personne ne devrait avoir le sentiment d’être séparé de Dieu.

La Parole Vivante de Dieu

Car la Parole de Dieu est vivante et efficace. Elle est plus tranchante que toute épée à double tranchant et, pénétrant jusqu’à la division de l’âme ainsi que de l’esprit, et des jointures ainsi que de la moelle, elle juge les dispositions et les pensées du cœur (Hébreux 4:12).

Il y a trois domaines dans lesquels la parole de Dieu est active lorsqu’Il nous transforme :

  • L’âme et l’esprit (ce qui vient de la chair et ce qui vient de l’esprit)
  • Les articulations et la moelle : la plus profonde partie de notre nature
  • les motifs, les pensées et les intentions de notre cœur

Sonde-moi

Sonde-moi, ô Dieu, pénètre mon cœur, examine-moi et pénètre les pensées qui me bouleversent ! Considère si je suis le chemin du mal et dirige-moi sur la voie prescrite depuis toujours ! (Psaume 139:23-24).

Dieu se sert des épreuves par lesquelles nous passons pour nous révéler les choses qu’il veut que nous admettions et résolvions.

Iniquité, transgression et péché

Il passa devant lui en proclamant : L’Eternel, l’Eternel, un Dieu plein de compassion et de grâce, lent à se mettre en colère et riche en amour et en fidélité !  Il conserve son amour jusqu’à la millième génération : il pardonne le crime, la faute et le péché, mais ne tient pas le coupable pour innocent, il punit la faute des pères sur leurs descendants jusqu’à la troisième, voire même la quatrième génération (Exode 34:6-7, en gras ce que je désire souligner).

Ce qui se passe dans notre vie affecte les générations futures. Ce qui s’est passé dans les générations précédentes nous affecte.

Le chiffre trois est un symbole de gouvernement

Iniquité, transgression et péché sont trois différents concepts, venant tous de la sagesse démoniaque et naturelle de notre monde. Trois concepts qui forment un gouvernement dans notre vie si nous les laissons faire. La sagesse céleste offre un gouvernement divin par les trois concepts de l’Esprit (droiture, paix et joie), du Fils (le Chemin, la Vérité et la Vie) et du Père (jugement, justice et grâce).

Lorsque Dieu a créé Adam et Eve, Il les a dotés d’un esprit, d’une âme et d’un corps.  Leur esprit était à l’extérieur, englobant leur âme et leur corps. Dieu avait une relation intime avec eux tout en leur laissant leur libre-choix. Il leur a demandé de suivre la voie de l’Arbre de Vie qui mène à la vie, la paix et la joie. Satan a pénétré dans leur domaine et est venu leur offrir un autre choix : la large voie de l’arbre de la connaissance du bien et du mal qui mène à  la mort.

Rompre le cycle infernal

Adam et Eve ont choisi la large voie qui mène à la mort. La transgression d’Adam a causé le péché. L’effet en a été la malédiction.  Comme ils ont fait ce choix et l’ont poursuivi, le péché est entré dans leur nature et ils l’ont passé à leurs enfants.  Le résultat a été une transgression accrue et le développement d’un modèle d’iniquité qui à son tour a engendré plus de transgression.

L’iniquité (nos motifs) créé le péché (les désirs) qui forme la transgression, engendrant une plus grande iniquité (voir le diagramme sous le titre)

Dieu nous a offert le pouvoir de rompre ce cycle infernal en Jésus-Christ. Il faut que nous le fassions, non seulement pour nous-mêmes mais pour le bien des générations à venir.

Transgression

Voici quelques définitions de ce terme :

  • Faire quelque chose sciemment sachant que c’est mal
  • Ne pas faire quelque chose volontairement sachant que ce serait bien
  • Enfreindre, violer une loi, un règlement, un ordre
  • Rébellion ou révolte

En hébreu : un détournement choisi allant à l’encontre de la voie vénérable et donc une rébellion.
En grec : dépasser les limites.

« Qui me libérera ? »

Et pourtant, la mort a régné depuis Adam jusqu’à Moïse, même sur les hommes qui n’avaient pas commis une faute semblable à celle d’Adam – qui est comparable à celui qui devait venir. Ainsi donc, comme une seule faute a entraîné la condamnation de tous les hommes, un seul acte satisfaisant à la justice a obtenu pour tous les hommes l’acquittement qui leur assure la vie. Comme, par la désobéissance d’un seul, beaucoup d’hommes ont été déclarés pécheurs devant Dieu, de même, par l’obéissance d’un seul, beaucoup seront déclarés justes devant Dieu (Romains 5:14, 18-19).

Autrefois, vous étiez morts à cause de vos fautes et de vos péchés. Par ces actes, vous conformiez alors votre manière de vivre à celle de ce monde et vous suiviez le chef des puissances spirituelles mauvaises, cet esprit qui agit maintenant dans les hommes rebelles à Dieu. Nous aussi, nous faisions autrefois tous partie de ces hommes. Nous vivions selon nos mauvais désirs d’hommes livrés à eux-mêmes et nous accomplissions tout ce que notre corps et notre esprit nous poussaient à faire. Aussi étions-nous, par nature, voués à la colère de Dieu comme le reste des hommes (Éphésiens 2:1-3).

Mais Dieu a tant aimé le monde (le mot grec est « cosmos » : tout être humain en fait partie) qu’il a donné son Fils, son unique… (Jean 3:16), pour tout racheter afin que nous soyons tous libres, afin que nous retournions vers la nature qu’Il nous a donnée et vivions selon Ses voies, à l’image de Jésus.

Malheureux que je suis ! Qui me délivrera de ce corps voué à la mort ? (Romains 7:24).

Combien d’entre nous se sont trouvés dans cette même position, à se poser la même question ?

Voici la réponse :

Maintenant donc, il n’y a plus de condamnation pour ceux qui sont unis à Jésus-Christ.  Car la loi de l’Esprit qui nous donne la vie dans l’union avec Jésus-Christ t’a libéré de la loi du péché et de la mort (Romains 8:1-2).

En Christ, la condamnation transmise par Adam est annulée. Une loi supérieure nous a libérés du péché et de la mort.

La nature du péché

Nous avons tous probablement entendu à un moment ou à un autre que pécher c’est rater l’objectif ou manquer d’atteindre les standards fixés par Dieu. Vous n’allez peut-être pas me croire mais j’ai moi-même enseigné cela en 2012 !

Larousse donne comme définition pour pécher : faillir à une règle sociale ou morale. Et pour un péché : transgression consciente et volontaire de la loi divine. Pécher, c’est manquer la gloire de Dieu (Romains 3:23 : « Tous ont péché, en effet et sont privés de la gloire de Dieu »)

Cependant, dans le Nouveau Testament, le mot originel le plus courant pour péché est hamartia, c’est un nom et pas un verbe. Le péché en question est celui d’Adam qui a suivi la voie de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, le chemin du libre-choix. La religion se concentre sur nos comportements : ce que nous faisons de mal. Mais Jésus n’est pas venu pour gérer nos actions individuelles, Il est venu pour traiter une fois pour toute la racine de nos actions.

Car le salaire que verse le péché, c’est la mort, mais le don de la grâce que Dieu accorde, c’est la vie éternelle dans l’union avec Jésus-Christ notre Seigneur (Romains 6:23).

Le salaire du péché, c’est la mort. Lorsque Jésus a triomphé de la mort, Il a vaincu le pouvoir du péché dans notre vie. Nous ne sommes pas de la lignée d’Adam mais de celle de Jésus, le deuxième Adam.  Ce n’est pas que notre comportement n’a aucune valeur mais seulement qu’il ne peut être changé que par une transformation allant de l’intérieur pour porter ses fruits sur l’extérieur. Ce qui arrive lorsque nous reconnaissons notre véritable identité en Christ et certainement pas par l’imposition de règles ou de principes religieux externes.

Jésus est la réponse

Dans la bible entière, on compte 12 mots hébreux et 5 grecs pour le mot qui a été traduit par « péché ». Ils peuvent être rangés en 7 catégories :

  1. Un acte délibéré contre une loi connue de Dieu : 1 Jean 3:4 (action externe)
  2. Consentir mentalement à la tentation ou à un désir coupable (convoitise, luxure…) : Matthieu 5:27-28, Romains 7:7-8 (action interne)
  3. Incroyance : rejeter les connaissances bibliques : Romains 14:23
  4. Négliger les obligations ou opportunités connues : Jacques 4:17
  5. Faire le mal par ignorance : Lévitique 5:17-19 et Luc 12:48
  6. Notre nature pécheresse, héritée d’Adam : Psaume 51:5 et Romains 5:19-20
  7. Une loi, un principe ou une force constante résidant dans notre nature pécheresse et qui nous asservis : Romains 7:14, 20-23

Quatre de ces catégories impliquent une culpabilité par choix, une par ignorance et les deux dernières impliquent une condamnation héritée (Romains 5:19, Éphésiens 2:3, 1 Corinthiens 15:50). Heureusement, par sa mort, Jésus a fait tout le nécessaire pour faire face à quoi que ce soit que l’accuseur essaye de porter contre nous. Il nous a fait revivre (Éphésiens 2:5) et nous pouvons effectuer un nouveau choix pour suivre le chemin de l’Arbre de Vie qui mène à la paix et à la joie. Alors :

  • Iniquité ?
  • Transgression ?
  • Péché ?

Quelle que soit la question, Jésus est toujours la réponse.  Sa mort et Sa résurrection  nous permettent de nous libérer de notre passé et d’entrer dans l’avenir qu’Il a créé pour nous et d’en profiter pleinement. Nous partageons tous la victoire sur la croix et la résurrection.

 En effet, de même que tous les hommes meurent du fait de leur union avec Adam, tous seront ramenés à la vie du fait de leur union avec Christ (1 Corinthiens 15:22).

Le chiffre deux symbolise un arc

Pardonner et purifier est une paire qui forme un arc et ouvre (3ème élément) une fenêtre de pouvoir dans notre vie qui nous permet de traiter les processus internes nous liant à des comportements  tortueux.

Nous devons accepter de pardonner (et vivre dans le bien qu’il apporte) afin d’être purifiés puis transformés.

…Vous avez été libérés de cette manière futile de vivre que vous ont transmise vos ancêtres et vous savez à quel prix. Ce n’est pas par des biens périssables comme l’argent et l’or. Non, il a fallu que Christ, tel un agneau pur et sans défaut, verse son sang précieux en sacrifice pour vous (1 Pierre 1:18-19).

Considérez-vous comme morts

Vous avez été rachetés (libérés) de votre esclavage et exile puis placés en relation avec Dieu. Lorsque nous sommes baptisés en Christ, nous sommes baptisés dans ce qu’Il a fait sur la croix et nous nous considérons comme morts. C’est ce qui nous permet de traiter notre nature pécheresse.

Ne savez-vous pas que nous, qui avons été baptisés pour Jésus-Christ, c’est en relation avec sa mort que nous avons été baptisés ? (Romains 6:3).

Comprenons donc que l’homme que nous étions autrefois a été crucifié avec Christ afin que le péché dans ce qui fait sa force soit réduit à l’impuissance et que nous ne soyons plus esclaves du péché. Car celui qui est mort a été déclaré juste : il n’a plus à répondre du péché (Romains 6:6-7)

Ainsi, vous aussi, considérez-vous comme morts pour le péché et comme vivants pour Dieu dans l’union avec Jésus-Christ. Que le péché n’exerce donc plus sa domination sur votre corps mortel pour vous soumettre à ses désirs. Ne mettez pas vos membres et organes à la disposition du péché comme des armes au service du mal. Mais puisque vous étiez morts et que vous êtes maintenant vivants, offrez-vous vous-mêmes à Dieu et mettez les membres et organes de votre corps à sa disposition comme des instruments pour faire ce qui est juste (Romains 6:11-13) (en gras ce que je désire souligner).

Jésus l’a fait, nous le considérons tous les jours.

Ce n’est plus moi qui vis, c’est Christ qui vit en moi. Ma vie en tant qu’homme, je la vis maintenant dans la foi au Fils de Dieu qui, par amour pour moi, s’est livré à la mort à ma place (Gal 2:20).

Nous pouvons traiter :

  • Nos transgression ou péchés : ils sont purifiés et pardonnés grâce au sang de Jésus.
  • Notre nature pécheresse : nous nous considérons comme mort au travers de la croix et de la mort de Jésus.
  • Notre iniquité : nous le verrons plus en détail dans des articles futurs, en nous engageant dans l’œuvre achevée par Jésus au travers de la transformation de notre ADN par la communion, par la séparation au travers des tribunaux célestes pour divorcer et par le feu des séraphins.

Un choix quotidien

C’est un choix qu’il  nous faut faire tous les jours et nous avons toute liberté, notre libre-choix,  pour décider. Quel chemin allons-nous suivre ?

“Puis, s’adressant à ses disciples, Jésus dit : Si quelqu’un veut marcher à ma suite, qu’il renonce à lui-même, qu’il se charge de sa croix et qu’il me suive (Matthieu 16:24, Marc 8:34).

Nous choisissons tous les jours de nous remettre entre les mains de Dieu, Lui permettant de nous guider, nous orienter et nous diriger. Nous faisons un pas en avant chaque jour, un pas et un jour à la fois. Nous trouvons alors les miséricordes fraîches de Dieu qui nous habilitent à vivre de manière vénérable, à démontrer le royaume de Dieu sur terre tel qu’il existe aux cieux et à pouvoir remplir notre destinée en Dieu.

Nous choisissons la vie.

Articles liés (en français)

Texte pour Communion 🥖 🍷

Les médias sociaux
Article original en anglais
Articles liés (en anglais)
Publicités

54. L’image de Jésus

Mike Parsons
avec Jeremy Westcott

Transformation : comment accepter cette nouvelle saison

Nous avons devant nous une saison de préparation à la sainteté de Dieu. C’est une saison pour nous débarrasser de nos pierres d’achoppement, une saison de préparation afin de pénétrer dans le domaine de la gloire, une saison de transformation. Il ne s’agit pas d’un simple ajustement dans notre apparence mais d’un changement radical et fondamental, touchant corps, âme et esprit.

Ne résistons surtout pas à cette transformation mais acceptons-la avec joie. Coopérons afin d’être transformés en son image dans une gloire dont l’éclat ne cesse de grandir. Commencer ce processus de raffinement et de purification est le libre choix de chacun.  Ceci dit, nous savons que Dieu se sert souvent des circonstances particulières dans notre vie pour nous offrir l’opportunité de faire un choix. Nous pouvons tomber sur la pierre ou la pierre peut tomber sur nous.

Quelque chose dont vous n’avez jamais fait l’expérience

Voici un extrait de paroles prophétiques que Dieu m’a données avant que je ne commence à enseigner cette série sur la transformation en 2012.

« Il est temps de prier pour que le couvercle soit retiré et pour appeler mes anges qui attendent de collecter et de retirer les pierres d’achoppement, à l’intérieur et à l’extérieur.  Mon feu de sainteté arrive, la route de sainteté est prête. Il est temps de marcher dans Ma rivière de feu. Vous êtes passés prêt et avez senti sa chaleur mais il est maintenant temps d’être baptisés dans le feu. Sa chaleur retournera vos idoles à la poussière dont elles ont été tirées et elles seront de nouveau sous vos pieds et non plus dans votre cœur.

Appelez les anges collecteurs. Les couvercles vont être levés des égouts, les choses secrètes et cachées de votre cœur vont être révélées. Tout ce que je vous demande est d’accepter librement de vous soumettre à ce feu qui va vous raffiner, vous purifier et vous préparer pour une véritable sainteté.

Je vais bientôt restaurer votre âme telle que vous ne l’avez jamais connue et je vous conduirai sur des sentiers de droiture dont vous n’avez jamais fait l’expérience.

Je vais élaguer l’église. Je vais couper les branches qui ne produisent pas de fruits. Je vais retirer les pierres d’achoppement du véritable gouvernement du royaume. Je vais verrouiller les portes d’accès dont l’ennemi s’est servi. Certaines ont déjà disparu.

J’appelle tous ceux qui veulent bien voir non seulement les branches stériles de leur vie être élaguées mais aussi leurs désirs et leurs priorités. »

Métamorphosé et transfiguré

C’est l’expérience que nous avons connue à Freedom Church. Nous avons maintenant un gouvernement du royaume bien établi dans notre église. Mais, dans le processus de transformation, nous avons vu nombre de couvercles d’égouts être soulevés pour révéler les choses secrètes et cachées, nous avons connu un élagage douloureux, au niveau individuel comme communautaire.

Ce qui est une vérité pour nous l’est aussi pour vous, qui que vous soyez et quelle que soit l’époque à laquelle vous lisez ceci. Dieu désire voir son église entière être transformée, métamorphosée, transfigurée, changée, conforme à l’image de Jésus. Il ne veut pas d’une église suivant un modèle, sortant d’un moule ou se conformant au monde.

Je vous recommande donc, frères et sœurs, à cause de cette immense bonté de Dieu, à lui offrir votre corps comme un sacrifice vivant, saint et qui plaise à Dieu. Ce sera là de votre part un culte raisonnable. Ne prenez pas comme modèle le monde actuel, mais soyez transformés par le renouvellement de votre intelligence, pour pouvoir discerner la volonté de Dieu : ce qui est bon, ce qui lui plaît, ce qui est parfait (Romains 12:1-2).

Une transformation est un processus de changement, de renouvellement, de restauration des conditions d’origine, pas celles d’Adam avant le péché mais de ce qu’il serait devenu. Quelles seraient  nos conditions aujourd’hui si Adam et Eve n’avaient pas péché mais s’ils avaient passé tous ces siècles à poursuivre le plan de Dieu pour les êtres humains et pour la création ? Comment serions-nous ?

Notre but en suivant cette transformation est de devenir véritablement comme Jésus : de vivre comme Lui, de faire comme Lui et même plus (Jean 14:12), d’être conforme à Son image.

En effet, ceux que Dieu a connus d’avance, il les a aussi destinés d’avance à devenir conformes à l’image de son Fils… (Romains 8:29).

Une gloire dont l’éclat ne cesse de grandir

De nos jours, les livres prophétiques ou portails sont ouvert et nous pouvons recevoir des niveaux de révélation et de compréhension plus profonds que jamais.  Le seul problème est qu’ils demandent un niveau plus profond de transformation. C’est un peu comme de passer du jardin d’enfants à l’école primaire, puis au secondaire et tous les niveaux universitaires qui s’en suivent. Je pense sincèrement que la plupart d’entre nous en sont encore malheureusement au jardin d’enfants.

Et nous tous qui, le visage découvert, contemplons, comme dans un miroir, la gloire du Seigneur, nous sommes transformés en son image dans une gloire dont l’éclat ne cesse de grandir. C’est là l’œuvre du Seigneur, c’est-à-dire de l’Esprit (2 Corinthiens 3:18).

La transformation pour atteindre notre maturité est progressive et opère par paliers, tout comme pour atteindre les niveaux de responsabilité et d’autorité. Dieu désire nous faire passer de l’état de serviteur  à celui d’intendant, puis à celui d’ami, de seigneur, de roi et de fils.

Grâce aux bontés de Dieu

Affranchis du péché (Romains 6:16-18), le don de la vie éternelle (Romains 6:23), en paix avec Dieu (Romains 5:1), la grâce de Dieu (Romains 5:2),  sauvés de la colère de Dieu (Romains 5:9), le don de la repentance (Romains 2:4-5), l’amour de Christ (2 Corinthiens 5:14-15) : les bontés de Dieu sont renouvelées chaque matin et elles nous poussent à nous présenter comme sacrifice vivant, prêt à être transformé.

C’est de toute évidence un processus et il peut demander du temps. Mais nous pouvons commencer aujourd’hui (et le faire chaque jour) en nous offrant comme sacrifice vivant. Nous pouvons inviter Dieu à faire ce qu’Il désire en nous.

Il va défier notre conscience, notre imagination, notre raison, notre intelligence, nos émotions, notre volonté et nos choix mais aussi nos motifs, désirs, attitudes, mentalités, croyances, esprits familiers, modèles de péché, nos systèmes d’échange, idoles, pierres d’achoppement, nos enchevêtrements : nos blessures, douleurs, réjections, peurs, insuffisances, infériorités, déceptions et encore plus. Il s’occupera de nos péchés, transgressions et iniquités. Il restaurera nos aptitudes surnaturelles.

Sommes-nous prêts pour cela ?
Si oui, prions :

Mon Dieu, je te remercie pour ta présence dans ma vie.
J’ouvre mon portail du premier amour et je T’invite dans mon esprit.
Je T’invite à activer mes sens spirituels, à vivre et opérer en moi.
Jésus, je remets ma vie entre Tes mains.
Tu es le Seigneur de ma vie.

Je choisis d’être Ton serviteur.
Forme-moi à être un bon intendant
Afin de pouvoir devenir Ton ami.

Renouvelle mon esprit,
Guéri mes émotions,
Restaure ma conscience,
Purifie mon imagination,
Guide ma volonté.

Entraîne mes sens à entendre Ta voix
Afin de connaître Ton cœur,
Voir Tes visions
Et être guidé par Ta paix.

Purifie ma lignée familiale ascendante et descendante,
Transforme mon ADN.

Ô Père, je choisis de suivre mon éternelle destinée,
Afin de devenir seigneur, roi puis fils.
Je choisis, en tant qu’ambassadeur des cieux,
d’administrer les lois du royaume des cieux
sur terre comme elles le sont aux cieux.

Présente-moi comme un fils de lumière sur la terre.
Manifeste au monde qui m’entoure les lois de Ton royaume au travers de moi.

Articles liés (en français)
Les médias sociaux
Article original en anglais
Articles liés (en anglais)

 

53. Rompre avec la mentalité grecque

Mike Parsons
avec Jeremy Westcott

La dernière fois, je vous ai présenté deux tableaux présentant la mentalité grecque (occidentale) et celle hébraïque (orientale). Dans cet article, je vais expliquer les différences entre ces deux mentalités pour bien montrer le contraste. J’aimerais ensuite prier Dieu pour qu’Il nous révèle ce qui nous est dérobé lorsque nous abordons les Écritures avec notre mentalité occidentale et qu’Il veuille bien nous en sortir.

Séparation contre unification

Je vous redonne le premier tableau :

Prenons une ligne à la fois.

Avec notre compréhension grecque, le but du salut est d’échapper à ce monde et d’aller rejoindre Dieu dans les cieux, là où Il habite. Tout est basé sur ce qui sera et non sur ce qui se passe maintenant. Avec l’approche hébraïque, le but du salut est de préparer une résidence digne de Dieu afin qu’Il habite parmi Son peuple. Il désire que Son royaume vienne sur terre. Mais où est le royaume de Dieu ? Le point de vue grec le place aux cieux et pas sur terre alors que l’approche hébraïque le voit comme le règne de Dieu parmi Son peuple, ici sur terre.

Jésus va revenir pour nous emmener loin de ce monde ? Non, Jésus va revenir pour régner sur ce monde, par nous et avec nous. Nous devons nous concentrer sur le fait que le royaume de Dieu est « maintenant » pas dans le distant futur. « Réservez votre place maintenant ou vous allez rater le train ». C’est peut-être ce que l’on nous a enseigné mais désirons-nous vraiment continuer de présenter l’Évangile ainsi ?

Avec la mentalité grecque, on ajoute : « Maintenant que vous avez réservé votre place, veillez-bien sur votre billet car Jésus va revenir pour vous sauver ». Or Jésus a déclaré : « Le royaume des cieux arrive ! Il est ici, maintenant ! Préparez-vous à servir le Roi et à manifester Son royaume ».

Pouvez-vous voir que chaque méprise découle de la précédente ? Une fois que vous avez adopté l’approche occidentale et que vous poursuivez sur ce chemin, la séparation devient de plus en plus profonde et ancrée dans votre manière de penser.

Votre compréhension de l’objectif de Dieu dans l’unification s’amoindrit considérablement.

Forme contre fonction

Lorsque nous regardons le deuxième tableau, nous pouvons voir comment cela se traduit dans la pratique :

La mentalité grecque voit la forme de chaque chose. Prenons un arbre par exemple. Il a des racines, un tronc, des branches, des feuilles… c’est ce que je veux dire par regarder la forme. Dans la pensée hébraïque, le point est sur la fonction. Quel est le but d’un arbre ? Donner des «fruits», produire quelque chose. Que l’arbre ait des racines, un tronc, des branches et des feuilles n’est pas l’essentiel. Donne-t-il des «fruits» ? Si non, il n’est pas intéressant. Souvenez-vous que Jésus a maudit le figuier qui ne donnait pas de fruit. C’est la différence entre quelque chose de réel avec un résultat pratique et une simple compréhension théorique, uniquement mentale.

Donc en grec : ce que je fais. En hébreux : comment je fais. Nous pouvons faire des tas de choses à partir d’un mauvais motif… mais nous savons que Dieu voit ce qu’il y a dans notre cœur.

La mentalité grecque sépare complètement notre vie religieuse de notre vie laïque. Nous avons d’un côté notre famille, notre travail, l’école, les amis… et de l’autre, l’église. Seulement Dieu désire que Son royaume se répande au travers de tout ce que nous faisons dans notre vie, pas séparément. Il n’y a pas de laïcité pour les chrétiens. Nous avons une vie intégrale, unifiée et nous manifestons le royaume de Dieu dans tout ce que nous faisons.

Dans la mentalité grecque, ce qui se passe dans les cieux est complètement séparé de ce qui se passe sur terre, il n’y a pas d’intersection. Bill Johnson a écrit un livre intitulé « Quand le ciel envahit la terre ». En bref, ce livre remarquable et reconnu internationalement est impossible dans la mentalité grecque. Nous pouvons vivre sur terre et aux cieux en même temps, c’est le privilège des chrétiens. Nous vivons dans le domaine des cieux et nous apportons le domaine spirituel dans notre vie sur terre ; maintenant, pas dans l’avenir.

«  La connaissance » dans la pensée grecque est information. Dans la pensée hébraïque, vous ne pouvez pas connaître quelque chose si vous n’en avez pas fait l’expérience. C’est la connaissance au travers des rencontres spirituelles. Si tout ce que je réalise avec ce blogue est de vous donner des informations, ce n’est pas mon but. C’est pour cela que j’inclus de temps en temps des prières. Elles vous offrent une opportunité de rencontrer Dieu par le Saint-Esprit et de faire l’expérience de la réalité de Sa vérité. Vous pouvez bien sûr prier pour ces choses même quand je n’inclus pas de prière.

L’important n’est pas ce que vous connaissez mais qui vous connaissez ! Nous connaissons Dieu mais il est tout à fait possible de lire la Bible dans son intégralité et de ne jamais Le connaître véritablement. Tout ce que la Parole de Dieu décrit, nous devons en faire l’expérience par nous-mêmes.

Les œuvres ou la grâce ? Un credo ou des actions ? Déclarer ce que vous croyez ou le vivre réellement ? La foi sans les œuvres est morte. Jésus a déclaré : « Si je n’accomplis pas les œuvres de mon Père, vous n’avez pas besoin de croire en moi » (Jean 10:37). Les sermons sur ce verset sont des plus rares.

Nous n’analysons pas, nous vivons. L’important est qui nous sommes et ce que nous faisons. Dieu Lui-même déclare qu’Il est « JE SUIS ».

Rompre avec la mentalité grecque

J’aimerais prier maintenant. Si vous pensez que vous avez une quelconque de ces manières de penser grecques, je voudrais prier pour vous afin de vous en débarrasser.

Père Éternel, je te prie d’envoyer le pouvoir du Saint-Esprit sur nous.
Brise toute déception dans notre manière de penser,
élimine les fausses doctrines, les mauvais préceptes,
les mentalités de l’ennemi qui nous ont été enseignés,
retire cette approche grecque qui nous fait séparer notre vie spirituelle de notre vie quotidienne.

Je viens, Seigneur, avec l’épée de Ton Esprit pour rompre cette mentalité,
au nom de Jésus-Christ, notre Seigneur,

pour nous libérer de toute forme de contrôle que l’ennemi a sur nous,
au travers des traditions humaines et des doctrines démoniaques
qui déclarent les choses pour l’avenir et non pour le présent ;
qui posent les choses aux cieux et non sur terre,
qui nous séparent,
qui nous ont poussés à croire et non à agir.

Je romps maintenant ces mentalités.

Je romps toutes les doctrines en nous qui empêchent Ton église
de chercher et de voir le royaume de Dieu
remplissant la terre comme il est au ciel.
Saint-Esprit, viens et révèle à tous ceux qui lisent ceci,
toute entrave, tout obstacle, toute pierre d’achoppement
qui nous empêchent de remplir notre destinée en tant que peuple de Dieu.

Je te prie d’envoyer Tes anges collecteurs dans notre vie
afin de collecter toutes les pierres d’achoppement qui sont en nous
et de les éliminer.
Qu’ils les éliminent de notre vie et de notre cœur
afin que nous croyions dans la vérité de Ta Parole et que nous nous y tenions.
Pour que Tu remplisses la terre avec ton royaume,
par Ton alliance et Ton royaume en nous.
Tu vas revenir pour une église victorieuse
qui se sera élevée au-dessus de toute autre chose car
« …Il étendra sa souveraineté et il instaurera la paix qui durera toujours » (Ésaïe 9:6).

Habilite-nous du pouvoir du Saint-Esprit
afin de connaître Ton royaume
et de le manifester dans notre vie, tous les jours,
au travail, chez nous, parmi nos voisins.
Pour que nous manifestions Ton royaume avec pouvoir et autorité,
faisant ce que Jésus a fait (Jean 14:12).

Je nous sépare de tout que qui nous empêche
de remplir Ta destinée pour notre vie.

Au nom de Jésus-Christ, notre Seigneur.

Amen. 

Articles liés (en français)
Les médias sociaux
Article original en anglais
Articles liés (en anglais)

 

52. Le blé et l’ivraie

Mike Parsons
avec Jeremy Westcott

Précédemment, nous avons vu la question des disciples sur le retour de Jésus et la fin des temps. Il est essentiel de voir tout cela au travers du principe des alliances. Dieu a toujours opéré avec les hommes suivant des alliances et chaque fois ce sont les hommes qui les ont brisées. Heureusement, elles ont toutes été remplies par Jésus et chacune des promesses de Dieu trouve son « Oui » et son « Amen » en Lui.  De nos jours, il n’y a qu’une seule alliance en cours et aucun homme ne peut la rompre parce qu’elle n’a pas été établie avec nous mais avec Jésus.

70 après J.C.

Nous avons vu que la réponse de Jésus dans Mathieu 24 (au moins jusqu’au verset 34 si ce n’est tout le chapitre) fait référence à la fin de l’Ancienne Alliance ainsi qu’à la destruction de Jérusalem et tout particulièrement de son temple. «  Vraiment, je vous assure que cette génération-ci ne passera pas jusqu’à ce que tout cela vienne à se réaliser ». L’année 70 après J.C. correspond à la fin de la génération des disciples à qui Jésus s’adresse. Toutes ces paroles prophétiques ont été remplies durant cette période. Cela ne veut pas pour autant dire que nous ne verrons pas les mêmes choses arriver en notre temps. La différence est que nous n’attendons pas qu’elles arrivent comme le signe de la fin des temps. La fin dont parle Jésus est déjà arrivée.

Nous avons vu succinctement le déclin et le renouveau de l’église au travers des siècles et comment le Saint-Esprit a commencé à percer, une fois que la Bible a été traduite en langage courant. Je vous encourage à lire « God’s Generals », la série de livres par Roberts Liardon (en anglais uniquement). Vous pourrez y découvrir comment Dieu a commencé à restaurer la vérité dans Son église au travers de fantastiques hommes et femmes pieux. Malheureusement, pendant que Dieu semait du blé, l’ennemi semait de l’ivraie. Cette dernière ressemble énormément au blé mais ne produit rien, c’est la seule différence.

Alors que Dieu opérait en renouveau et pouvoir, nous avons vu la naissance du darwinisme, du marxisme, de la philosophie humaniste, etc… les faux systèmes de croyance semés dans le monde entier. Malheureusement,  non seulement dans le monde mais aussi dans l’église avec les Mormons, les Témoins de Jéhovah et la science chrétienne. Tous ces systèmes ont commencé à peu près à la même époque.

Certains sont si proches de la vérité que nombre de personnes tombent dans le panneau, même de nos  jours.

Les fausses doctrines

En 1826, le mouvement des Assemblées de Frères a rejeté les dons du Saint-Esprit et retardé les objectifs de Dieu de 80 ans. En rejetant la vérité, ils ont embrassé la déception, comme cela arrive si souvent. L’ennemi en a profité pour semer un faux enseignement et de fausses doctrines qui empoisonnent l’église depuis. C’est ce que Dieu est en train de défier et de faire disparaître afin que nous puissions retrouver une perspective correcte de Son royaume.

Quels sont certains de ces faux enseignements et doctrines?

  • Le dispensationalisme : il sépare les Écritures en époques particulières selon lesquelles Dieu opéreraient de différentes façons. Ceci brise la continuité de la Bible et empêche les chrétiens de voir la vision entière du plan et des objectifs de Dieu au travers des temps.
  • Le cessationisme : il enseigne que les dons du Saint-Esprit ne sont pas pour aujourd’hui, qu’ils n’étaient que pour la première église et ont disparu lorsque le dernier apôtre est mort.
  • Le pré-millennialisme : il enseignait que Jésus allait revenir avant le Millennium. Jusqu’à cette époque, les Jésuites étaient les seuls à enseigner cette doctrine. Personne d’autres n’y croyait. Cet enseignement prévaut aujourd’hui dans d’importantes sections de l’église.
  • Le ravissement : une doctrine qui déclare que Dieu viendrait chercher Ses enfants par le biais d’un « ravissement secret » et laisserait tous les autres sur terre. Elle a commencé à peu près à la même époque. Elle fait maintenant partie d’une série entière de romans chrétiens connaissant un immense succès. Cette doctrine est acceptée sans question par presque toute l’église comme  un enseignement de la Bible.
  • Sept années de tribulation sur terre : une croyance qui a seulement commencé à cette époque.
  • La séparation d’Israël et de l’église.

C’était tellement insidieux que cela s’est répandu comme le feu aux poudres. La Bible Schofield est née de tout cela. Son enseignement vole toute son autorité à l’église en promouvant une eschatologie de défaite et de sauvetage, au lieu de victoire et d’accroissement du royaume de Dieu couvrant la terre entière.

D’un seul coup, tout est devenu protection : bâtissons de grands murs, protégeons nos croyances, n’ayons rien à faire avec le reste du monde. L’Assemblée de Frères était si exclusive que vous ne pouviez même pas assister à leurs réunions si vous ne pouviez pas prouver que vous veniez d’un autre de leurs groupes. C’est là que j’ai été élevé et lorsque j’ai été baptisé du Saint-Esprit, Dieu a commencé à me pousser à remettre ma théologie en question. J’ai dû revoir tout ce que je croyais et même maintenant, je garde un esprit résolument ouvert afin que Dieu me montre Sa vérité.

Mentalités grecque et hébraïque

Il faut se souvenir qu’il y a une énorme différence entre ces deux mentalités comme je l’ai déjà expliqué dans des articles précédents. Attention, je ne parle pas de lire les Écritures en grec ou en hébreux mais de comprendre comment approcher les Écritures lorsqu’on les lit. Voici deux images PowerPoint qui illustrent bien ce que je veux dire :

Greek and Hebrew mindset (Fr) 1

Greek and Hebrew mindset (Fr) 2Nombre des approches de la colonne de gauche vous sont familières. Elles résument l’enseignement que la plupart d’entre nous ont reçu et elles ont affecté notre manière de voir toutes les choses. Dieu est en train de retirer les pierres d’achoppement et nous allons découvrir que la mentalité grecque va être de plus en plus remise en question.

Articles liés (en français)
Les médias sociaux
Article original en anglais
Articles liés (en anglais)
Ebook gratuit par Jonathan Welton au sujet du « ravissement secret » (en anglais uniquement)

50. Et ce sera la fin

Mike Parsons
avec Jeremy Westcott

J’ai suggéré la dernière fois que Mathieu 24 était le chapitre de la Bible le plus mal compris et mal interprété. Tout simplement parce que les gens le lisent avec la compréhension de ce qu’on leur a enseigné et l’approchent sans une véritable appréciation des alliances et de leur langage.

La Bonne Nouvelle ?

Nous couvrirons Mathieu 24 dans son intégralité en son temps. Pour l’instant, j’aimerais mettre le point sur deux parties en particulier. Voici la première :

De nombreux faux prophètes surgiront et ils tromperont beaucoup de gens. Parce que le mal ne cessera de croître, l’amour du plus grand nombre se refroidira. Mais celui qui tiendra bon jusqu’au bout sera sauvé. Cette Bonne Nouvelle du royaume de Dieu sera proclamée dans le monde entier pour que tous les peuples en entendent le témoignage. Alors seulement viendra la fin (Mathieu 24:11-14).

Jésus est en train de prophétiser et Il décrit une époque épouvantable : des faux prophètes, des gens trompés, une véritable anarchie, l’amour allant en se refroidissant, devoir tenir bon… puis Il déclare : «  Cette Bonne Nouvelle du royaume de Dieu sera proclamée… ». Je croyais que les Évangiles étaient supposés être une bonne nouvelle ! Si c’est ainsi que cela doit être, je comprends que les chrétiens se sentent si misérables et pessimistes. Je comprends que certains aient une mentalité d’état de siège et se contentent de tenir bon, attendant que Jésus revienne et les sorte de là.

Le verset 14 est particulièrement intéressant. J’ai entendu prêcher sur ce verset tant de fois. On nous dit que Jésus ne peut pas revenir pour l’instant car certains groupes de population n’ont pas encore entendu la Bonne Nouvelle. La fin ne peut pas venir tant que nous n’avons pas prêché les Évangiles à toutes les nations.

La fin de quoi exactement ? C’est la question que chacun devrait poser. La fin du monde ? La fin des temps ?

De toute évidence ce n’est pas cela car nous sommes toujours là. Pourquoi dis-je cela ? Voyons la deuxième partie que je désire couvrir aujourd’hui.

Amen, Amen

De même, quand vous verrez tous ces événements, sachez que le Fils de l’homme est proche, comme aux portes de la ville. Vraiment, je vous assure que cette génération-ci ne passera pas jusqu’à ce que tout cela vienne à se réaliser (Mathieu 24:33-34).

« De même, quand vous verrez… », Jésus s’adresse directement à ses disciples, « cette génération-ci ne passera pas jusqu’à ce que tout cela vienne à se réaliser » (l’italique est de moi). L’adverbe « vraiment » est la traduction de « Amen, Amen » ou « En vérité, je vous le dis… » des versions plus anciennes de la Bible. Il signifie en fait : «  Écoutez attentivement et faites tout particulièrement attention à ce que je vais dire, c’est vraiment très important ».

« Cette génération » signifie une période maximum de 40 ans. Il faut vraiment déformer le sens du mot pour lui faire dire autre chose. Pourtant certaines personnes n’ont pas manqué de le faire.

Donc, tout ce que Jésus déclare dans Mathieu 24, jusqu’au verset 33 : « Tout cela.. » y compris prêcher les Évangiles dans le monde entier, devait arriver durant les 40 années suivantes maximum, c’est-à-dire du vivant de la plupart de ses disciples. Les faux prophètes, les gens trompés, la véritable anarchie, l’amour allant en se refroidissant, devoir tenir bon… tout cela est déjà arrivé ! Bien sûr, il y a une application de tout cela et dans un certain sens, cela est arrivé et arrive toujours, à toutes les époques et dans toute l’histoire de l’église.

Mais dans les faits, cela est déjà arrivé. Et la fin est venue.

Alors là, votre théologie en a pris un grand coup ! Dans le monde entier, les gens qui opèrent dans le prophétique ont un mal fou à faire coïncider ce que Dieu leur révèle avec une eschatologie qui tout simplement ne « colle » pas. Pourquoi ? Parce qu’elle elle est basée sur une fausse prémisse et une mauvaise interprétation de nombreux passages de la Bible dont ceux que je viens de citer. Cela vient du fait, comme je l’ai déjà expliqué, que les gens n’ont pas approché ces versets avec une compréhension appropriée des alliances et de leur langage.

La prochaine fois, nous verrons comment « tout » a été réalisé durant cette génération. Nous explorerons aussi la question « la fin de quoi ? ». Une fois encore, nous étudierons de près des versets qui vous sont très familiers et dont vous avez déjà une bonne compréhension parce que c’est que l’on vous a enseigné. Une fois de plus, je vais vous demander d’y regarder à deux fois…

Articles liés (en français)
Les médias sociaux
Article original en anglais
Articles liés (en anglais)

49. Jésus, le centre de toute l’Histoire

Jésus est le centre de toute l’Histoire

Si on prend l’eschatologie, l’étude des derniers temps, c’est entièrement sur Jésus. Ce n’est pas notre histoire, ce n’est pas l’histoire de l’église, ce n’est pas l’histoire du monde, c’est l’histoire de Jésus. Il va venir pour tout « résumer ». C’est Lui qui tient tout ensemble. Tout dans l’Ancienne Alliance prépare la venue de Jésus et tout dans la Nouvelle Alliance se base sur Lui. Donc, chaque fois que nous lisons les Écritures, nous devons les interpréter avec en tête le message de Jésus et Sa personnalité. Vous ne pouvez pas les ignorer.

Certaines personnes déclarent : « Paul déclare ceci dans les évangiles et il contredit Jésus ». Non, il ne le contredit pas, on ne peut jamais contredire Jésus. Ce que Jésus a fait, ce que Jésus a dit, personne ne peut le contredire, c’est un fait. Il faut absolument l’accepter ainsi et interpréter les Écritures en conséquence.

Tout l’Histoire a été achevée en Jésus et pour l’avenir, elle le sera en Lui. Donc,

 C’est en lui que Dieu a dit «oui» à tout ce qu’il avait promis. Aussi est-ce par lui que nous disons «oui», «amen», pour que la gloire revienne à Dieu (2 Corinthiens 1:20).

Chaque promesse de Dieu dans la Bible trouve sa réponse en Christ. Elles sont toutes remplies par Jésus. C’est un principe très important que vous devez absolument acquérir.

J’aimerais maintenant vous donner quelques versets qui forment une fondation pour vous aider à comprendre certains passages ou questions plus compliqués. C’est tout particulièrement le cas lorsque l’on étudie Mathieu 24 qui couvre l’enseignement de Jésus sur les choses et temps à venir.

Il vous enverra Jésus

… il vous enverra celui qu’il vous a destiné comme Messie : Jésus. En attendant, il doit demeurer au ciel jusqu’au jour où l’univers entier sera restauré, comme Dieu l’a annoncé depuis des siècles par la bouche de ses saints prophètes (Actes 3:20-21).

Donc tout ce qui a été prophétisé par un prophète, y compris tout ce que nous comprenons comme une prophétie dans la Bible, tout cela va être réalisé avant que Jésus ne quitte les Cieux.  Il ne les quittera pas tant que l’univers entier ne sera pas restauré comme dieu le désire, tant que toutes les prophéties ne sont pas réalisées. Il ne reviendra que lorsque tout sera fait selon la volonté de Son père.

Il ne peut pas revenir avant que tout ne soit en place. Il ne va pas revenir et puis restaurer l’univers. Il va le faire avant de revenir. Toutes les promesses et les prophéties seront remplies et réalisées avant qu’Il ne revienne.

« Il doit demeurer au ciel ». Qu’est-ce que cela signifie ?

Après leur avoir ainsi parlé, le Seigneur Jésus fut enlevé au ciel et s’assit à la droite de Dieu (Marc 16:19).  

Lorsqu’Il a été enlevé au ciel, Dieu L’a intronisé, Il L’a assis à Sa droite, sur Son trône. Lorsque quelqu’un est assis sur un trône, cela signifie que cette personne gouverne, qu’elle règne avec la plus haute autorité et un pouvoir suprême. C’est ce que fait Jésus et Il restera là jusqu’à ce que tout soit restauré.

Régner

Il faut, en effet, qu’il règne jusqu’à ce que Dieu ait mis tous ses ennemis sous ses pieds. Et le dernier ennemi qui sera anéanti, c’est la mort. Car, comme il est écrit : Dieu a tout mis sous ses pieds… (1 Corinthiens 15:25-27).

Jésus reviendra pour abolir la mort qui est le dernier ennemi.

Voici un autre verset qui déclare que tout est soumis à Jésus :

… en la faisant agir en Christ lorsqu’il l’a ressuscité et l’a fait siéger à sa droite, dans le monde céleste. Là, Christ est placé bien au-dessus de toute Autorité, de toute Puissance, de toute Domination et de toute Souveraineté : au-dessus de tout nom qui puisse être cité, non seulement dans le monde présent mais aussi dans le monde à venir. Dieu a tout placé sous ses pieds et Christ qui domine toutes choses, il l’a donné pour chef à l’Eglise » (Éphésiens 1:20-22).

Voilà donc où est Jésus en ce moment, dans l’âge où nous vivons (le monde présent). Il règne avec autorité et pouvoir. Maintenant, si Jésus est la tête et nous sommes Son corps sur terre, Ses pieds sont nos pieds. Donc si tout est sous Ses pieds, tout est aussi sous nos pieds. Dieu a tout placé sous Ses pieds et L’a donné pour chef à l’Église. Je n’ai pas vraiment la place pour entrer dans tous les détails de ces versets mais vous pouvez y réfléchir en lisant dans Psaume 110 ce que cela signifie d’être un repose-pied. Commencez à vous familiariser avec le langage prophétique et étudiez ce qu’il signifie.

Par le moyen de l’Église

Nous pouvons lire dans Éphésiens 3:10 :

Par cette mise en lumière, les Autorités et les Puissances dans le monde céleste peuvent connaître, par le moyen de l’Eglise, les aspects infiniment variés de sa sagesse.

J’aime l’expression « les aspects infiniment variés ». Elle signifie des tas de couleurs et de facettes qui expriment toute la personnalité de Dieu et Sa merveilleuse sagesse.

Par quel moyen le monde céleste peut la connaître ? Par l’Église, c’est-à-dire nous !

Pour être révélé à qui ? Aux Autorités et aux Puissances dans le monde céleste.

Cela s’accomplit conformément à ce qui a été fixé de toute éternité et qui s’est réalisé par Jésus-Christ notre Seigneur (verset 11).

Donc le but éternel de Dieu est de manifester et de démontrer Sa sagesse. Il le réalise en Christ et au travers de son Église.

Est-ce que vous commencez à bien comprendre comment tout se tient ?

Est-ce que cela commence à remettre en cause certaines de vos doctrines ?

Et ce n’est pas fini !

La prochaine fois, nous étudierons Mathieu 24. C’est certainement et de loin, le chapitre de la Bible qui a été le plus mal compris et interprété par l’église. Tout simplement parce qu’il a été interprété en suivant une pensée grecque (occidentale) et par des gens qui voulaient l’adapter aux événements mondiaux. C’est d’ailleurs toujours le cas.

Comme nous allons le voir, c’est une grave erreur.

Articles liés (en français)
Les médias sociaux
Article original en anglais
Articles liés (en anglais)

 

48. Mille fois plus ?

Mike Parsons
avec Jeremy Westcott – 

Royaume et alliance

C’est dans le contexte du royaume de Dieu et de Ses alliances que nous devons baser notre compréhension prophétique. Royaume et alliances sont les deux côtés d’une même pièce. Pour comprendre les objectifs de Dieu, nous devons comprendre les deux. Depuis le tout début, le but de Dieu était d’avoir un peuple qui manifesterait Son royaume « sur terre comme il est aux cieux ». Ses alliances représentent les accords qu’Il établit avec les hommes afin que ce but soit atteint.

En 2011, lorsque j’ai commencé à présenter ce sujet, il y a eu pas mal de déclarations et de textes sur le fait que c’était une année « 11 ». Certaines personnes sentaient que Dieu désirait souligner en particulier Deutéronome 1:11  : « Que l’Eternel, le Dieu de vos ancêtres, vous rende mille fois plus nombreux encore et qu’il vous bénisse comme il vous l’a promis ». D’autres voyaient « 111 » partout lorsqu’ils se concentraient sur ce que Dieu voulait leur dire. Ils étaient inspirés par ce verset et encourageaient tout le monde à croire que Dieu n’allait pas multiplier les choses par cent mais par mille.

Est-ce vraiment la signification réelle ?

Tout d’abord, il est évident que le Saint-Esprit peut prendre ce verset et nous inspirer personnellement en nous disant : « C’est pour toi ». Mais si nous ne l’entendons pas ainsi, comment abordons-nous les questions qui ne manqueront pas d’être posées : Vraiment ? Cela veut vraiment dire ça ? Et si oui, est-ce réellement pour nous ?

Remarquez bien que ce verset mentionne « le Dieu de vos ancêtres ». C’est la langue des alliances. « Le Dieu de vos ancêtres » fait référence à Abraham et l’alliance que Dieu a passée avec lui par laquelle toutes les familles de la terre seraient bénies au travers de lui (Genèse 12:3). Nous pouvons lire en Deutéronome 8:18 : « Souviens-toi au contraire que c’est l’Eternel ton Dieu qui te donne la force de parvenir à la prospérité et qu’il le fait aujourd’hui pour tenir envers toi les engagements qu’il a pris par serment en concluant alliance avec tes ancêtres ». C’est donc pour confirmer cette alliance que Dieu nous donne le pouvoir de prospérer. Au vu de tout cela, j’estime que nous pouvons déclarer Deutéronome 1:11 comme une promesse de Dieu de nous rendre mille fois plus prospères.

Mais est-ce exactement 1000 ou bien cela veut-il dire « beaucoup » ? Prenons Psaume 50:10 qui déclare : « Car tous les animaux des forêts sont à moi et les bêtes sur mille montagnes sont à moi aussi ! » (New Living Translation). Si l’on trouve un nombre supérieur à 1000, cela veut-il dire que ces bêtes et ces montagnes n’appartiennent pas à Dieu ? Je pense que vous savez déjà la réponse. Donc 1000 n’est pas toujours un chiffre exact dans la Bible, il signifie un grand nombre et dans ce cas particulier, il veut dire « tout ».

Limiter Dieu

Ce que je veux démontrer, c’est que si nous voulons comprendre correctement les prophéties, nous ne pouvons pas tout prendre littéralement parce qu’en faisant cela nous limitons Dieu. Certaines personnes objectent en déclarant que lorsque Deutéronome 1:11 a été écrit, il n’y avait de chiffres ni pour les chapitres ni pour les versets, ils ont été ajoutés bien plus tard. Cela n’empêche pas Dieu de les utiliser pour illustrer quelque chose. C’est pour notre bénéfice, pas le Sien.

Ceci fait donc partie d’approcher les Écritures avec une tournure d’esprit hébraïque (orientale) plutôt que grecque (occidentale). Les significations littérales, profondes, personnelles et cachées peuvent être toutes correctes et on peut toutes les trouver dans un seul verset de la Bible, si c’est ce que Dieu désire nous révéler.

Articles liés (en français)
Les médias sociaux
Article original en anglais
Articles liés (en anglais)